Actualités

Incendie d'un collège à Grenoble : retour d'expérience

Publiée le 09/04/2018
En juin 2017, le collège du quartier de la Villeneuve à Grenoble est victime d’un incendie criminel. Focus sur la prise en charge et l’accompagnement de SMACL Assurances auprès de son sociétaire.

Le 11 juin 2017, le quartier de la Villeneuve à Grenoble se réveille abasourdi après une nuit d’intervention des pompiers pour tenter de sauver le collège Lucie Aubrac. Cet établissement moderne date de 1994 et accueille un grand nombre d'adolescents de cette zone d’éducation prioritaire. Il est géré par le Conseil départemental de l’Isère qui a confié l’assurance de son patrimoine à SMACL Assurances.

L’origine du sinistreCollège à Grénoble

Les causes de l’incendie ont très vite été découvertes. Les auteurs ont forcé la grille d’enceinte avant d'empiler des pneus de voitures dans un caddie le long de la façade, puis de provoquer leur inflammation. Cet acte criminel est isolé, le quartier n’avait pas connu de dégâts similaires.
L’ossature métallique principale du collège était composée de 30 portiques métalliques répartis de façon circulaire autour d’une verrière centrale, ce qui lui conférait l'appellation de "Soucoupe volante".

Des systèmes d’alerte efficaces

La configuration du bâtiment a participé à la propagation de l'incendie. En 11 minutes, le feu s’est propagé jusqu’au 2e étage. Les systèmes d’alarme incendie ont bien fonctionné, la gendarmerie et les pompiers ont reçu l’alerte rapidement. Même s’il faut déplorer que les pompiers aient été "caillassés" à leur arrivée, l’enquête démontrera que l’incendie n’aurait pu être maîtrisé.

Jacques Berger, l’expert mandaté par SMACL Assurances, s’est rendu sur les lieux dans les jours qui ont suivi. Après visite et étude de la solidité de la structure du bâtiment, il a recommandé les mesures conservatoires d’usage et d’urgence pour éviter que les dégâts ne fragilisent davantage la structure et pour sauver le mobilier épargné par l’incendie.

Une solution de secours pour les collégiens

350 collégiens se sont retrouvés sans établissement et pour certains d’entre eux sans lieu d’accueil pour le brevet des collèges qui se déroulait quelques jours plus tard. Le Conseil départemental a aménagé les classes d’un ancien collège voisin afin que les adolescents puissent passer leurs épreuves. Pour accompagner la collectivité et les collégiens du quartier de la Villeneuve, SMACL Assurances a versé un premier acompte durant l’été permettant au Conseil départemental de réhabiliter l'ancien collège pour assurer la rentrée scolaire de septembre 2017.

Malgré l’ampleur de ce sinistre, indemnisé au final à près de 6,5 M€, ce dossier est surtout significatif de la coordination entre les équipes de SMACL Assurances, l’expert et les interlocuteurs du Conseil départemental. 

Jacques Berger, expert Dommages aux biens du cabinet Medeo, témoigne

En quoi la configuration du bâtiment a-t-elle favorisé la propagation du feu ?
L'architecture respectait les contraintes liées à la finalité et au climat. Mais la structure du bâtiment montre des espaces vides sous la "coupole" qui ont fait office de cheminée. Le feu étant parti à la base de la structure métallique du fait d’un acte volontaire, il a pu se propager rapidement. En 11 min, le feu a atteint le 2e étage.

Quelles mesures conservatoires avez-vous préconisé ?
En pareille situation, nous préconisons un ensemble de mesures alliant bâchage, étayage, étude de la structure en urgence pour les structures métalliques et béton, d'une part pour savoir si nous pouvions pénétrer en toute sécurité dans l'enceinte pour réaliser nos études, d'autre part pour évaluer l'étendue de la zone à reconstruire.
En raison de la taille du bâtiment, le travail de bâchage a été impressionnant. Deux tiers des 4 000 m² ont été recouverts. Les services techniques du Conseil départemental connaissaient un réseau de professionnels qui ont pu agir rapidement. 
Nous avons également mandaté des entreprises spécialisées dans la décontamination du mobilier souillé par les fumées chlorées. En effet, l'action chimique des fumées mélangée à l'eau des pompiers est vraiment nocive pour les ferrailles et peut détériorer les parties métalliques du mobilier très rapidement.

Comment votre travail s'est articulé avec les autres acteurs du dossier (SMACL Assurances, équipes et expert du Conseil départemental, enquêteur...) ?
Le Conseil départemental ayant missionné un expert d'assuré, je n'ai pas eu de contact avec le sociétaire. Les relations étaient donc centralisées entre nous deux et les équipes de SMACL Assurances, c'est-à-dire la responsable des sinistres dommages aux biens, l'inspecteur sinistres lourds, la gestionnaire. Nous avions des rendez-vous téléphoniques réguliers. Un véritable esprit d'équipe animait nos relations de travail.

Avez-vous proposé des recommandations à notre sociétaire pour la reconstruction ?  
En indemnisant rapidement son sociétaire, SMACL Assurances a donné au Conseil départemental des solutions pour assurer la continuité de service public. À ce jour le sociétaire n'a toujours pas pris la décision de reconstruire ou non. Cette décision lui appartient, comme celle de l'architecture à adopter en cas de reconstruction.



Ombré de séparation - SMACL Assurances
PLUS D'INFOS ​
> Retrouvez comment préserver la vulnérabilité de vos bâtiments avec l'assurance Dommages aux biens
> Avez-vous une question ? Contactez un conseiller de SMACL Assurances : 05 49 32 56 56

 
Toutes les actualités