Actualités
Twitter iconFacebook iconLinkedIn icon

Votre dispositif de prévention et la Pyramide de Bird

Publiée le 23/02/2021
Comment sensibiliser les décideurs de la nécessité à mettre en place un dispositif de prévention du risque routier pour ses agents ? Le principe de Bird est un indicateur facilement appréhendable qui a fait ses preuves. Brice Schapman, préventeur risque routier à SMACL Assurances, apporte des clés de lecture.

Le principe de Bird est connu des préventeurs et de toute personne qui a suivi un cursus dans la sécurité et l’environnement. Il permet d’illustrer l’échelle du risque routier mais le principe se vérifie sur d’autres risques par cet enchaînement : plus l’organisation agit sur les incidents, moins elle se met en situation de connaître des accidents graves. À contrario,  plus elle ferme les yeux sur les petits incidents, moins elle se prépare à un risque plus grave, plus elle se dirige vers une dérive.

Brice Schapman


Comment lire la Pyramide de Bird


"Au sein du Pôle prévention de SMACL Assurances, nous utilisons le principe de Bird pour alerter nos sociétaires quand nous constatons une surfréquence de chocs matériels. Dans nos états de sinistralité que nous commentons à la demande de nos sociétaires, l’analyse des presqu’accidents et des incidents permet de mettre en évidence des séquences accidentelles non anticipées et potentiellement dangereuses… et donc de concevoir des mesures de prévention appropriées", déclare Brice Schapman, préventeur risque routier.

Pyramide de Bird

PRINCIPE STATISTIQUE :
Pour  
600 incidents mineurs sans blessure,  on peut s’attendre à voir survenir 30 accidents avec dommages matériels, puis 10 blessures mineures et 1 accident majeur (grave ou mortel).

ACTION SUR LE RISQUE :
Plus l’organisation agit sur la base… Moins elle se met en situation de connaître des accidents graves.

 

Un incident répandu : le choc contre un poteau sur un parking

 
Le choc de pare-chocs des véhicules de la collectivité contre des poteaux sur un parking* est un exemple de "petit" incident matériel régulièrement constaté. Au début ce sont des chocs contre des poteaux sur un parking. L’agent en prend plus ou moins conscience, le responsable du parc gère les réparations auprès de son assureur et peut demander à recevoir l’agent pour envisager avec lui une mesure (formation aux manœuvres, déplacement de poteaux par exemple). Si cette prise de conscience ne se fait pas, l’incident peut se répéter sans que l’agent ne modifie sa façon de conduire. Puis un jour un piéton se déplace sur le parking, à proximité du véhicule de l’agent, et se retrouve entre le pare-choc et le poteau. Comme l’agent ne fait pas attention au poteau, il n’a pas prêté attention non plus au piéton. Donc en reproduisant les mêmes gestes, et donc les mauvaises habitudes, on aggrave le risque.

C’est un principe et non un outil d’aide à la décision, mais il est facilement compréhensible et appréhendable par les responsables et par les élus.


*Le parking est un exemple, on peut tout autant évoquer les prises et sorties de stationnement qui finissent dans une souche d’arbre ou du mobilier urbain.


Ombré de séparation - SMACL Assurances
PLUS D'INFOS ​
> En savoir plus sur les démarches de prévention des risques routiers
> Contactez le Pôle prévention
 
Toutes les actualités