Actualités
Twitter iconFacebook iconLinkedIn icon

AVF QUIMPER : UN MODELE DE PRUDENCE

Publiée le 06/11/2020
L’association Accueil des villes françaises (AVF) a pour but d’accueillir les personnes et familles nouvellement arrivées dans la ville et la région, et de faciliter leur intégration. Elle compte environ 70.000 adhérents, répartis dans 300 structures locales, dont 24 pour la seule Bretagne. Nous avons voulu savoir comment elle s’était adaptée au contexte sanitaire actuel. Nous avons interrogé Gisèle Favory et Georges Quéméré, présidente et vice-président de l’AVF de Quimper.

gisèle favory smacl assurances

 


Gisèle Favory, présidente de l'AVF de Quimper

 

 
 

georges quéméré smacl assurances




Georges Quéméré, vice-président de l'AVF de Quimper





Dans quelles conditions la reprise de vos activités s’effectue-t-elle ?

Les trois quarts de nos activités ont repris en septembre. Nous n’avons pas voulu redémarrer dès le 1er jour de sortie du confinement pour prendre le temps de nous préparer efficacement. De fait, nous avons rédigé et mis en œuvre un protocole sanitaire précis et complet. Après l’avoir initialement considéré trop exigeant, les adhérents ont fini par voir en lui un cadre sécurisant. Ils sont désormais rassurés et les activités reprennent de plus belle !
 

Quelles sont, pour l’AVF de Quimper, les conséquences de la crise de la COVID-19 ?

Nous étions 300 adhérents l’an passé. Parmi eux, 150 ont, à ce jour, renouvelé leur inscription. Nous espérons atteindre les 200 membres d’ici la fin de l’année 2020. Concernant les activités, cinq de nos 25 animateurs ont souhaité différé la reprise de leur atelier. Quant aux finances, nous prévoyons une diminution de 30% de notre budget prévisionnel.
 

Avez-vous sollicité les aides instaurées par le gouvernement ?

Non, nous n’avons rien demandé. Nous partons du principe que sur les 1644 associations de Quimper, certaines ont des besoins pécuniaires plus impérieux que les nôtres. C’est le cas des associations à but humanitaire, par exemple. Nous leur avons donc bien volontiers laissé la priorité.
Naturellement, cela reste difficile pour nous. Certains de nos investissements ont été reportés. Mais nous demeurons plutôt sereins puisque, conformément à nos statuts nationaux, nous sommes tenus de disposer d’une trésorerie équivalant à une année budgétaire. C’est aussi pour cette raison que nous avons maintenu nos tarifs à l’identique.
 

Comment envisagez-vous l’après COVID ?

Nous sommes optimistes ! Nous sommes convaincus que toutes nos activités reprendront. Cette crise a fait la preuve que les gens étaient toujours motivés par l’entraide, le rapprochement et l’engagement. Et puis, de nouvelles activités sont d’ores et déjà en cours de préparation : atelier mémoire, billard, théâtre, etc. Nos maîtres-mots restent l’accueil et la convivialité.


Ombré de séparation - SMACL Assurances
PLUS D'INFOS ​
> Découvrez le site de l'association Accueil des villes françaises
Toutes les actualités