Actualités
Twitter iconFacebook iconLinkedIn icon

Nancy reçoit son Pavillon Orange 4*

Publiée le 25/08/2016
Le Pavillon Orange® est un label décerné par le Haut Comité Français pour la Défense Civile (HCFDC) aux communes qui répondent à un certain nombre de critères en termes de sauvegarde et de protection des populations face aux risques et menaces majeurs.
Nancy est labellisée depuis 2011. En janvier 2016, elle a bénéficié d’un audit de progrès et a reçu sa quatrième étoile pour son dispositif opérationnel et l’engagement de ses agents.

 
Général François Vernoux - SMACL Assurances
En complément de l’article paru dans SMACL Infos relatif à la réserve citoyenne nancéenne, nous avons posé 3 questions au général François Vernoux, fondateur du Pavillon Orange, qui fût grand témoin lors de la journée PrRism du 16 juin dernier à NIORT.

Qu’est-ce qu’un audit de progrès ?

Je voudrais tout d’abord rappeler l’esprit du Pavillon Orange. C’est avant tout une aide gratuite apportée aux municipalités. Un questionnaire accessible sur le site regroupe toutes les actions recommandées par la DGSCGC (Direction générale de la sécurité civile et de la gestion des crises) dans ses mémentos et les bonnes pratiques opérationnelles imaginées et mises en œuvre par les villes PO.
Chaque élu ou agent consultant ce questionnaire peut "faire son marché de pistes de progrès". Les municipalités peuvent s’auto évaluer en répondant en ligne. Cela ne les engage qu’à en connaître confidentiellement le résultat. Elles sauront quel domaine opérationnel est maîtrisé, lequel laisse à désirer, lequel est insuffisant. C’est une auto-évaluation. Les communes répondant à un certain nombre de critères peuvent prétendre à obtenir le label avec ou sans étoiles. Au terme de 3 années à 3* et de l’audit de progrès, la commune peut se voir attribuer la 4e étoile. Il est demandé aux municipalités labellisées de participer en fonction de leur population aux frais du label que supporte le HCFDC afin que cette aide puisse perdurer.
Un audit de progrès a en effet été réalisé le 28 janvier 2016 à Nancy. Prenant comme fil conducteur le questionnaire du label, l’ensemble du dispositif a été étudié dans le but essentiel de dégager des marges de progrès. Au regard de la situation, des besoins et des moyens disponibles, l’audit permet ainsi à la municipalité de programmer ses pistes de progrès pour les années à venir. Comme il est facilement constatable à la lecture du blog PCS & Résilience, le Pavillon Orange ne propose que des pratiques expérimentées par d’autres, peu onéreuses, robustes et adaptées.

Que retenez-vous de l’audit de Nancy ?

Je me suis fixé une conduite : signaler confidentiellement aux municipalités ce qui me parait inadapté et faire partager leurs bonnes pratiques via le blog en mentionnant la commune d’origine. Le questionnaire s’enrichit ainsi chaque année de ces bonnes pratiques et offre de plus en plus de marges de progrès.
Pour Nancy, j’ai été impressionné par la volonté politique municipale dans le domaine de la sauvegarde. Un des 40 engagements du candidat élu était la création d’une réserve citoyenne. La loi de 2004 confie la sauvegarde des populations aux élus de proximité mais il est encore trop rare d’observer des débats locaux sur ce sujet. Par contre, les regrets les lendemains de catastrophe occupent les JT !
J’ai admiré la "Trouée verte", grand projet de protection contre les inondations. Imaginé à partir de la mémoire locale, ce projet de canal de décharge offre par temps calme un site d’entraînement à l’équipe de France de canoé kayak et un bel espace vert de détente au cœur de la ville. Qui plus est, ce projet à développer les espaces Natura 2000. Un projet qui allie protection, écologie, sport et bien vivre ne peut être que saluer.
La politique volontariste a permis d’établir de bonnes relations avec la Croix Rouge et la Protection Civile, d’avoir un taux élevé de PPMS (Plan particulier de mise en sûreté) établis dans les écoles, collèges et lycées, donnant lieu à des exercices et de promouvoir le PFMS (plan familial de mise en sûreté) qui permet à chaque foyer de se préparer. Car, il est bon de le rappeler, le citoyen est le premier acteur de sa sauvegarde.
J’ai retenu une bonne pratique qui a été diffusée : chaque élu est à tour de rôle d’astreinte "sauvegarde". La protection des populations devient un domaine transverse. Certes, l’élu délégué est en charge de la préparation au quotidien, mais la conduite opérationnelle peut être confiée à chaque élu. Excellente pratique de diffusion de l’esprit de sauvegarde au sein de la population.

N’y a-t-il pas 287 bonnes pratiques dans votre ouvrage : "Conduire les opérations communales de sauvegarde" (Territorial Editions) ?

L’idée de cet opus m’est venue après 7 ans au contact des élus. La sauvegarde est bien explicitée par les mémentos de la Sécurité Civile et des préfectures mais j’ai constaté un malaise ou une appréhension de certains élus face à la gestion opérationnelle d’un événement. Il ne s’agit pas de calquer la formation que reçoivent en école les militaires, pompiers, policiers… mais de démystifier le domaine et de leur donner les clefs.
Ce projet a reçu le soutien de SMACL Assurances et François Baroin, président de l’AMF, en a écrit la préface : "Les mémentos nous disent le comment, cet opus nous dit le pourquoi". Pour illustrer mes propos j’ai en effet décrit 287 bonnes pratiques innovantes. C’est un hommage aux élus soucieux de la protection des populations, qui prouve que chaque commune peut mettre en œuvre un dispositif opérationnel répondant à leur besoin.




PLUS D'INFOS ​
> Découvrez la 1re édition de la Journée PrRism
> Retrouvez le dernier SMACL Infos
Toutes les actualités