Actualités
Twitter iconFacebook iconLinkedIn icon

Nouvelles règles pour les scooters et les piétons

Publiée le 01/02/2011
Des modifications ont été introduites dans le Code de la route par un décret paru le 16 novembre 2010 au Journal officiel. Un nouveau Code est entré en vigueur ce 1er janvier 2011. Le détail des changements.

Deux roues : formation et responsabilisation

Depuis le 1er janvier, les automobilistes nouveaux utilisateurs de scooter de 125 cm3 ou de scooter à trois roues doivent suivre une formation de sept heures obligatoire. Jusqu’ici leur permis B les exemptait de tout examen quand ils acquéraient un tel deux-roues. Or, en dix ans, la mortalité de cette catégorie est passée de 9 à 28% des personnes tuées sur la route (Source : Sécurité routière). Le non respect de cette réglementation sera passible d'une amende de 135 euros. Les usagers ayant assuré et utilisé une motocyclette légère ou un tricycle à moteur au cours des cinq dernières années sont dispensés de la formation. 
Par ailleurs la Sécurité routière entend "responsabiliser les conducteurs de cyclomoteurs, en majorité âgés de 14 à 17 ans, et leur famille face aux dangers du débridage". Cette pratique illégale permet d'atteindre des vitesses beaucoup plus élevées que les 45 km/h réglementaires, mais avec des risques, comme un freinage inadapté. Depuis ce 1er janvier, le conducteur d'un cyclomoteur débridé devra payer 135 euros.

Cyclistes : « tourne-à-droite » autorisé

Dès à présent, et si un panneau de signalisation les autorise, les cyclistes peuvent franchir le feu rouge afin de tourner à droite à certains carrefours signalés par un nouveau panneau. Lorsque la signalisation n'indique pas de "tourne-à-droite", les cyclistes doivent s'arrêter au feu rouge et, dans tous les cas, céder le passage aux piétons qui traversent la chaussée.
 

Priorité aux piétons

Lorsqu'un piéton s'engage ou manifeste de façon claire l'intention de s'engager (par un geste) dans la traversée d'une chaussée, un véhicule doit lui céder le passage et, si besoin, s'arrêter, même en dehors d'un passage protégé. Le conducteur qui ne respecte pas ce principe de prudence "à l'égard du plus vulnérable" est passible d'une amende de 135 euros et de la perte de quatre points sur son permis de conduire.
Toutes les actualités